Nouveau millésime

 

Millésime 2010 dans les Graves : Festina Lente… («Hâtez vous lentement»)
 
La qualité, une fois de plus, est au rendez vous ! Dame nature nous gâte pour la seconde année consécutive mais elle a joué avec notre patience.
Souvenez-vous, fin Août, tel un film d’Hitchcock qui tient en haleine son public, après un été particulièrement sec, nous levions tous les yeux au ciel en espérant que le déluge inévitable tardera un peu.
Nous n’avions quasiment jamais connu des vendanges aussi longues. Premier coups de sécateurs dès début septembre jusqu’au dernières tries en moelleux après mi-novembre. Nombreux étaient les touristes, viticulteurs ou consultants décontenancés de ne pas se retrouver bloqués derrière une machine à vendanger ou une benne...vendanges presque fantômes car morcelées et étalées.
 
Des conditions climatiques idéales avant et pendant la récolte...
L’année a bien commencé : la pousse des vignes a été lente et régulière, sans accident climatique de grande envergure et dès le mois de juillet une période sèche s’est installée sur notre région de façon durable. La vigne et son enracinement profond est particulièrement adaptée à ces conditions climatiques et, très vite, le profil d’un beau millésime s’est présenté…
La première conséquence positive aura été la faible utilisation de traitements. En l’absence de pluie, il y a peu de maladies et la tâche est facilitée pour les vignerons. Les raisins sont naturellement beaux et mûrissent dans les meilleures conditions.
Un autre aspect du climat est également important sur la même période : les températures du mois d’Août sont relativement clémentes. A part quelques jours très orageux et caniculaires en milieu de mois, les températures moyennes journalières du mois sont relativement tempérées, ce qui favorise le bon développement et la conservation des arômes du raisin...
 
Autre facteur très particulier du millésime, le manque d’eau bénéfique au départ devient inquiétant ; certains craignent un blocage physiologique, vignes qui commencent à souffrir, les fenêtres aromatiques pour les cépages blancs les plus précoces semblent fugaces…Dame nature définitivement joueuse décide de faire un pied de nez aux anti-irrigations en apportant ponctuellement l’eau suffisante pour maintenir la vigne dans son rôle de mère nourricière pour le raisin.
 
La récolte a démarré dès les premiers jours de Septembre, calmement, au fur et à mesure de la maturité des baies et des cépages…
Tous cépages confondus, la qualité sanitaire est parfaite.
 
Les Graves Blancs : très bon niveau général
 
Les conditions particulièrement sèches de la maturation vont avoir un effet très positif sur la qualité des raisins blancs récoltés.
Des teneurs en sucre élevées, des pellicules saines à très saines, des arômes bien présents et un niveau d’acidité soutenu donnent dans l’ensemble des raisins très bien équilibrés...
 
Sous d’excellentes conditions climatiques (quelques pluies salvatrices au bon moment), les vinificateurs ont choisi de ramasser le plus tôt possible des raisins mûrs, sains et encore dotés d’une certaine acidité, ou bien de laisser le temps aux vignes d’accumuler encore plus de sucre, d’arômes de richesse…et deux profils de vins se dessinent clairement à l’issu de ce choix : vifs et frais, ou riches et puissants. Faciles à vinifier grâce à leur équilibre sucre/acide, ces vins ont très bien réagi au travail des lies en cuve ou barrique en donnant du gras et du volume venant  parfaitement équilibrer les acidités...
 
Des sauvignons riches et volumineux, des sémillons aromatiques et vifs (une fois n’est pas coutume), des muscadelles dorées aux arômes de pain d’épice et homogènes vont constituer les assemblages de ce millésime 2010 d’un très bon niveau général. Les vins blancs moelleux récoltés dans la même période avec des raisins sains et mûrs ont des
vertus similaires aux secs. Ils ont de plus un pouvoir combinant très faible, gage de qualité et de stabilité sur de tels produits.
 
Les Graves Rouges : Excellentissimes !!
 
Sur les Rouges, une des règles tout d’abord était d’éviter la précipitation, que ce soit sur la date de récolte parcelle par parcelle comme la décision de la date de décuvage. Des records ont été battu : les couleurs, la suavité, les temps de macération pré comme post-fermentaire mais la teneur en alcool aussi, élevée compte tenu de la belle maturation. Ce phénomène de plus en plus fréquent donne un intérêt tout particulier aux méthodes de désalcoolisation partielle heureusement le savoir faire Français sur les assemblages (trop souvent ignoré) et l’utilisation donc à bon escient des Cabernets permettent de tempérer ce paramètre.
Les couleurs des rouges sont très profondes, les structures massives, suaves et enrobées par une richesse soutenue en alcool. Les arômes ont des caractéristiques précises passant du fruit mûr à compoté (sur le cépage Merlot) aux fruits frais et à chair jaune (sur cépages Cabernet) et offrant parfois des notes d’épices orientales (qui donnent de la fraîcheur à l’ensemble).
 
Il fallait cependant éviter la surenchère dans l’extraction. La beauté du millésime 2010 passera par la finesse et l’élégance de tanins qui, lorsqu’ils sont maîtrisés, sont impressionnants de féminité et d’élégance.
 
Julien BELLE
Oenologue de la Chambre d'Agriculture de la Gironde
Directeur du Centre Oenologique de Cadillac-Podensac